La Molécule NLX 112, développé par la société : Neurolixis

14 mars 2018 - 345 vues

La société américaine Neurolixis a choisi d’installer une filiale en France.

Basée à Castres et à San Diego, la société Neurolixis vient d'obtenir 1 million de dollars de la Fondation Parkinson's UK pour préparer les essais cliniques de sa molécule NLX-112 contre les mouvements incontrôlés (dyskinésies) dont souffrent de nombreux patients traités avec la Lévodopa, le principal médicament contre la maladie de Parkinson. La société avait déjà reçu 1,3 million de dollars de la Michael J. Fox Foundation entre 2012 et 2016 pour développer son produit.

L’ambition de Neurolixis 

Le traitement principal de la maladie de Parkinson « la Lévodopa » a des effets secondaires après quelques années de traitement et engendre des mouvements non-contrôlés du corps du patient (mouvements appelés dyskinésies). Les recherches de Neurolixis ainsi que leur molécule pourraient permettre de réduire voire d’éliminer ces gestes incontrôlés.

Adrian Newman-Tancredi, Président de Neurolixis SAS

Le Dr. Newman-Tancredi a plus de 20 ans d'expérience de recherche pharmaceutique industrielle en neuroscience. Avant de co-fonder Neurolixis (www.neurolixis.com), il était Directeur d'une division de Neurobiologie et Chef de Projet au Laboratoire Pierre Fabre, où il a mené des programmes de recherche multidisciplinaires qui ont identifié et caractérisé de nouveaux antipsychotiques, antidépresseurs et analgésiques. Avant le laboratoire Pierre Fabre, le Dr. Newman-Tancredi était responsable d'une équipe de recherche en pharmacologie moléculaire à l'Institut de Recherche Servier où il était responsable du criblage in vitro de nouvelles entités chimiques pour les maladies du SNC. Les composés caractérisés par le Dr. Newman-Tancredi au cours de ses recherches incluent le milnacipran (Savella), le piribedil (Trivastal), l'agomelatine (Valdoxan), le levomilnacipran (Fetzima) et le béfiradol (NLX-112). De plus, le Dr. Newman-Tancredi a dirigé les projets qui ont mené à la mise en développement de nouvelles entités chimiques tels que le nouvel agoniste biaisé sérotoninergique, F15599 (NLX-101).

Le Dr. Newman-Tancredi a une forte expérience du management d'équipe, ayant géré des collaborations avec des chimistes, des pharmacologues et des développeurs précliniques. Il a mis en place des collaborations avec des équipes académiques internationales, a publié plus de 150 articles dans des revues scientifiques internationales, a co-signé des brevets sur des nouvelles molécules dans le domaine des maladies du SNC, et a effectué de nombreuses présentations orales dans des congrès internationaux. Le Dr. Newman-Tancredi est membre du Comité Editorial du International Journal of Neuropsychopharmacology, membre du Conseil de la International Society for Serotonin Research et intervient en tant que consultant indépendant en neuropharmacologie (www.neuroact.com).

Le Dr. Newman-Tancredi a reçu un BSc avec mention en Biochimie, suivi d'un PhD et d'un DSc en neuropharmacologie de l'Université de Kent à Canterbury (Angleterre).

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article